Homepage - Travailleuses du sexe - IST - Les infections bactériennes - Gonorrhée
liste
Travailleuses du sexe

Gonorrhée

 Qu’est-ce que la gonorrhée?

  • La bactérie gonorrhée se situe sur les muqueuses du pénis (urètre), du vagin, de l’anus ou de la gorge. 
  • La gonorrhée est aussi appelée chaude-pisse.

 Comment apparaît-elle?

  • Tu peux transmettre la maladie à un autre lors de rapports sexuels non protégés. Par exemple si la muqueuse infectée entre en contact avec la membrane muqueuse du pénis, du vagin, de l’anus ou de la gorge. 
  • Ainsi, lors d’une fellation (contact entre le pénis et la bouche) la gorge s’infecte, et lors d’une sodomisation (contact entre pénis et anus) l’anus s’infecte.

 Quels sont les désagréments?

  • Chez la femme, aucun désagrément ne se fait ressentir. Si tu ressens des désagréments, c’est à l’endroit infecté. 
  • Même si tu ne perçois aucun désagrément, tu peux transmettre l’infection à d’autres !
  • Si tu ressens des désagréments, ils ressemblent à une infection de la vessie, comme une douleur ou une sensation de brûlure quand tu urines ou bien des douleurs abdominales. 
  • Tu peux aussi avoir une hausse des sécrétions vaginales ou des sécrétions d’une autre couleur (parfois jaune-vert), des douleurs lorsque tu fais l’amour, des pertes de sang après un rapport sexuel ou des pertes de sang entre tes menstruations. 
  • Lors d’une infection de l’anus, tu peux souffrir de démangeaisons et de sécrétions visqueuses. 
  • Lors d’une infection de la gorge, tu peux avoir mal de gorge, un mauvais goût en bouche et une mauvaise haleine.
  • La gonorrhée peut se propager dans les oviductes et l’abdomen. Ceci peut engendrer l’infertilité et augmenter les risques de grossesse extra-utérine.
  • Les hommes qui sont contaminés par la gonorrhée ont quant à eux des désagréments. Une sécrétion verte ou jaunâtre s’écoule du pénis, d’où l’appellation de chaude-pisse pour cette infection.

 Comment l’infection est-elle dépistée?

  • La Gonorrhée peut être dépistée par un test d’urine, ou en extrayant des sécrétions vaginales ou anales ou buccales à l’aide d’un coton-tige
  • Se faire tester pour la gonorrhée n’a de sens que deux semaines après contamination parce que la bactérie ne peut être tracée qu’à partir de ce moment-là. En présence de désagréments évidents, l’infection peut être dépistée avant.

 Traitement

  • Aussi longtemps que tu ne te fais pas soigner, tu peux continuer à contaminer les autres. 
  • Le traitement est nécessaire pour éviter la propagation de la bactérie dans le corps.

  Prévenir les partenaires

  • Puisque la gonorrhée est sexuellement transmissible, tu dois avertir tes partenaires sexuels (avec qui tu n’as pas utilisé de préservatif) des 6 derniers mois.
  •  Il est conseillé que tes partenaires se fassent aussi examiner, même s’ils n’ont aucun désagrément. 
  • En cas d’infection, ils devront se faire soigner eux aussi.
  • Il est important d’éviter de te refaire contaminer et que tes partenaires sexuels ne contaminent les autres.
  • Cela est possible auprès de ton médecin ou dans la centre IST la plus proche ou clinique IST .

 Conseils professionnel

  • Tant que l’infection n’est pas soignée, tu peux contaminer les autres.
  • Jusqu’à environ une semaine après le traitement, tu restes potentiellement contagieuse.
  • Il est conseillé de ne pas avoir de contact sexuel pendant la semaine après le traitement, de sorte que les muqueuses se reposent et guérissent.
  • Lors d’une contagion vaginale ou anale, ne pas avoir de pénétration vaginale ni de sodomie. 
  • Lors d’une infection de la gorge, ne pas pratiquer la fellation. 
  • Pendant le traitement, tu peux par contre faire des branlettes. 
  • Après la semaine de traitement, tu peux à nouveau travailler.
  • Après la cure, la gonorrhée a disparu. Si des désagréments subsistent, prends contact avec ton médecin. Il se pourrait qu’il s’agisse d’une autre IST. 
  • Si tu as un partenaire stable, continue à avoir des rapports sexuels protégés jusqu’au moment où toi et ton partenaire serez soignés et testés pour la présence d’autre IST.

 

 

Les infections bactériennes